Cecilia Payne-Gaposchkin, la femme qui a percé le secret des étoiles

Née le 10 mai 1900 en Angleterre, Cécilia Helena Payne est la fille d’une mère peintre et d’un père avocat également historien qui décède alors qu’elle n’est âgée que de 4 ans.

Même si sa mère misera plus sur l’éducation de ses deux fils, sa fille arrivera tout de même a obtenir une bourse en  sciences naturelles à l’université de Cambridge.

Mais alors qu’elle assiste à une conférence d’Arthur Eddington à propos d’une expédition en Guinée pour prendre des photos d’une éclipse solaire, elle se passionne pour l’astronomie.

tumblr_nr59buw8ai1tc707ho1_1280

Au terme de ses études, en 1923,  la jeune femme diplômée ne peut pas continuer à s’épanouir dans le monde des sciences car les postes de chercheurs n’étaient pas ouverts aux femmes.

Mais Cecilia Payne n’en restera pas là puisque la même année, elle part aux Etats-Unis car elle a décroché une autre bourse pour étudier à l’observatoire de l’université d’Harvard.

Au cours de ses rechercherches, elle découvre que les étoiles sont composées essentiellement d’hélium et d’hydrogène.

Mais l’astronome Henry Russel la dissuade  de publier ses recherches qu’il ne trouve pas convaincantes.

Quelques années plus tard, il publiera un article présentant les mêmes éléments de recherche…

Mais elle ne s’était pas laissée abattre puisqu’entre temps, elle a soutenu sa thèse de doctorat et Otto Struve, un grand astronome qui fut directeur de quatre observatoires et éditeur de l’Astrophysical Journal,  dira que la c’etait « assurément la thèse de doctorat la plus brillante jamais écrite en astronomie ».

 

La scientifique continuera à marque les esprits dès son entré dans le monde professionnel puisqu’elle conserve son poste de chercheur alors qu’elle est mariée. Et cela était plutôt choquant à l’époque.

Ensuite, enceinte de cinq mois, elle donne une conférence, son patron lui demandera de ne plus jamais recommencer.

En 1938,  elle devient professeur à Harvard.

Ce n’est qu’en 1956 qu’elle ne reçoit réellement ce titre et devient la première femme nommée chef du département d’astronomie de l’université d’Harvard.

Celle quir recevra plusieurs prix  décèdera en 1979 d’un cancer du poumon.